Ce n'est pas peu de chose
que de méditer sur un livre ;
cela dépasse de bien loin
la conversation
la plus étudiée, où l'objet change
aussitôt par la réflexion.
Le livre ne change point,
et ramène toujours.
Il faut que la pensée creuse là.

Alain (Émile-Auguste Chartier),
Les Idées et les âges, 1927.



http://www.wikio.fr
chèvre

Roseau

ou Le Parti d'en livre

Journal d'Eric Blair - Tanger, 10 septembre 1938



Journaux vendus à Tanger : La Presse marocaine (quotidien du matin de Casablanca), fermement pro-Franco ; Le Petit Marocain (idem), impartial ; La Dépêche marocaine (quotidien, Tanger), plutôt pro-Franco ; Le Journal de Tanger (apparemment hebdomadaire), visiblement non politique, annonces professionnelles, etc. ; Tangier gazette & Morocco mail (hebdomadaire anglais du jeudi, Tanger), correspond au précédent, paraît légèrement anti-fasciste & vigoureusement antijaponais(a) ; également divers autres, français & espagnols, mais apparemment aucun journal local espagnol pro-Franco.

Ici, deux bâtiments arborent le drapeau républicain espagnol dont celui appelé La Casa de España, une sorte de club, exposant les affiches habituelles du gouvernement. Des magasins exposent les affiches franquistes (l’affiche Arriba España est presque similaire à celle du gouvernement). Les graffitis sur les murs ne sont pas habituels, ceux pro-Franco & pro-gouvernementaux sont à égalité, ces derniers peut-être légèrement plus fréquents. Généralement un simple Viva ou Muera Franco, ou UHP1, ou CNTFAI2, ou très rarement UGT3. Aucun sigle de parti excepté la FAI, la Phalange & une fois le JSU4. Toutes ces inscriptions sont invariablement en espagnol. Aucune idée sur l’opinion des Maures. (Voir la coupure du Petit Marocain du 15/09/1936)(b).

Ici, la pauvreté, pour une cité orientale, n’est pas profonde. Néanmoins, il y a un immense développement de la mendicité ; l’ensemble de la ville vivant du tourisme. Pas beaucoup de véritables mendiants, mais d’innombrables rabatteurs de boutiques de curiosités, de bordels, etc. La plupart des gens parlent espagnol, beaucoup le français & tous ceux liés au racket touristique parlent un peu l’anglais. Le physique des habitants est très bon en particulier les jeunes hommes qu’ils soient Maures ou Espagnols, etc. En dépit de l’européanisation, presque tous les Maures portent le burnous & le fez, & la plupart des femmes sont voilées. Gains estimés d’un pêcheur côtier : 3 d de l’heure.

Il y a quatre bureaux de poste, un français, un britannique & deux espagnols, de Franco & du gouvernement. Les timbres sont britanniques surchargés « Tangier ». La monnaie comme au Maroc français.

(a) NB : le commerce anglais vers le Maroc a perdu beaucoup face au japonais depuis 1934. L’Angleterre était la seconde en importance. Maintenant le Japon est second, l’Angleterre sixième (D.H. Warre, Present Day Morocco).

(b) On dit que l’éditorial du Temps du 23/01/1939 (que je n’ai pas vu) suggère sérieusement aux Français de prendre le contrôle du Maroc espagnol à l’occasion de la fin de la guerre d’Espagne.

1— UHT : Uniós hermanos proletarios, slogan socialiste et républicain.
2— Confédration nationale du travail et Fédération anarchiste ibérique : syndicat et mouvement anarchiste.
3— Union générale des travailleurs, syndicat socialiste.
4— Jeunesses socialistes unifiées.

proposé par Arthur Morneplaine (lire le m@nuscrit).



Roseau, mis à jour le 04-04-2009

réagir ?

édité par Christian Domec Licence Creative Commons édité par Christian Domec
*