Ce n'est pas peu de chose
que de méditer sur un livre ;
cela dépasse de bien loin
la conversation
la plus étudiée, où l'objet change
aussitôt par la réflexion.
Le livre ne change point,
et ramène toujours.
Il faut que la pensée creuse là.

Alain (Émile-Auguste Chartier),
Les Idées et les âges, 1927.



http://www.wikio.fr
chèvre

Roseau

ou Le Parti d'en livre

Journal d'Eric Blair - Tanger, 10 septembre



On dit, ici, que la température ne s’élève jamais au-dessus de 85 °1. La mer est plutôt chaude, l’eau limpide, des objets à 20 ou 30 pieds de profondeur sont visibles lorsque le vent est absent. Le marnage est d’environ un pied. La mer & le port abondent en poissons, mais pour une raison qui m’échappe, uniquement les espèces les plus petites semblent être capturées . Il y a des poissons plutôt grands d’environ 6 pouces à un pied, de couleur brune & ressemblant un peu au lieu, qui hantent en grand nombre les rochers des jetées ; nageant en bande de 5 à 20 : tous les pêcheurs assurent qu’ils ne peuvent être capturés à l’hameçon.

La pêche à la ligne pour les petits poissons donne l’impression d’être faite de manière non régulière. Le dispositif consiste à fixer dos à dos une demi-douzaine de petits hameçons, avec juste au-dessus un appât de pain ou de viande ; il est descendu au milieu du banc & retiré rapidement au moment où les poissons s’y rassemblent.

La pêche côtière au filet se fait comme suit. Un filet d’environ 150 pieds de long & 6 de profondeur, finement maillé au centre, mais de manière plus grossière aux extrémités, est tiré par des bateaux en pleine mer & mis en place à l’aide de flotteurs. Une très longue corde, d’au moins un demi-mile, est attachée à chaque extrémité du filet. Celui-ci est progressivement halé, les hommes font converger graduellement chaque corde l’amenant à former une courbe. Il y a une équipe de 6 à 8 hommes & garçons par corde, ils ne tirent pas avec leurs mains, mais ont une chaîne enroulée autour de la taille avec, à l’extrémité, un nœud joint immédiatement à la corde. Ils tirent ensuite avec leur corps penché en arrière en exerçant la plus grande part du travail à l’aide de leur jambe droite. Au fur & à mesure que la corde s’enroule en bobine & que chaque homme l’atteint, il détache sa chaîne, court en avant & s’accroche à nouveau à un bout de la corde flottant dans la mer. Le halage au quai prend au moins une heure. De celui que j’ai vu, sa prise contenait environ 30 livres de sardines (ou des petits poissons similaires) & à peu près 5 livres de prises diverses, notamment des calmars, des rougets, des anguilles au long nez, etc., etc. D’une valeur (pour le pêcheur) d’environ 5 /-, & représentant environ 2 heures de travail pour 15 hommes & garçons, ce qui donne 20 heures de travail adulte ou 3 d par heure.

http://roseau.org/images_orwell/10-09-38.jpg

Ici, les ânes sont terriblement surchargés. Ils se tiennent là 9 à 10 heures à porter & transporter des charges qui souvent dépassent les 200 livres. Après avoir mis une charge considérable sur le dos de l’âne, l’ânier se juche lui-même au milieu. Les collines sont très escarpées du 1 pour 5 ou 6 en de nombreux endroits, mais les ânes les gravissent transportant des charges si considérables qu’il arrive qu’on ne les voie presque plus. Ils sont néanmoins extrêmement patients & volontaires, ils n’ont, d’habitude, ni bride ni licou & n’ont pas besoin d’être entraînés ni même dirigés. Ils suivent & marchent juste à côté du maître comme des chiens, s’arrêtant lorsqu’il s’arrête & attendant à l’extérieur de la maison quand il est à l’intérieur. La majorité semble ne pas être castrée, idem pour la plupart des chevaux (tout petits & en piètre état).

Les odeurs ne sont pas trop désagréables, ici, en dépit de la chaleur & des bazars dédaléens.

Les fruits de saison : figues de Barbarie, toutes sortes de melons, raisin, aubergines, par ailleurs toutes les variétés européennes. L’eau est transportée dans des peaux de chèvre & vendue. Les grands figuiers, par ici, portent à la fois des figues vertes & violettes, j’ignorais que cela fut possible. Une espèce de liseron des champs, très commun ici, a des fleurs bleues & d’autres rosées sur le même plant & parfois sur la même tige. Les fleurs maintenant : cannas, bougainvilliers, géraniums ; de l’herbe particulièrement rugueuse pour les pelouses.

Deux espèces d’hirondelles ou de martinets, ici. Pas de mouettes dans le port.

Il fait sombre, ici, bien avant 7 heures le soir (c.-à-d. vraiment 7 heures, l’heure d’été n’avait pas été instituée).

Le beurre est parfait ici, mais le lait frais semble presque impossible à obtenir.

1— Degrés Fahrenheit, soit environ 30 °C.

proposé par Arthur Morneplaine (lire le m@nuscrit).

♦ Image : Pêche côtière, dessin d'Eric Blair, journal.



Roseau, mis à jour le 04-04-2009

réagir ?

édité par Christian Domec Licence Creative Commons édité par Christian Domec
*