Il y a des livres dont
il faut seulement goûter,
d'autres qu'il faut dévorer,
d'autres enfin,
mais en petit nombre,
qu'il faut, pour ainsi dire,
mâcher et digérer.

Francis Bacon,
Essais de morale et
de politique, 1597.



http://www.wikio.fr
chèvre

Roseau

ou Le Parti d'en livre

Journal d'Eric Blair - 20 septembre 1938



Les tours utilisés par les menuisiers juifs pour fabriquer des chaises cordées, etc. sont d’un type très rudimentaire. Il y a deux serre-joints, celui de gauche fixe, celui de droite coulissant sur une tige métallique ; avec une pointe en métal au bout de chacun. Pour être tourné, le barreau de bois est fixé sur ces deux pointes & pivote sur lui-même, les pointes restant immobiles. Avant de démarrer, la corde d’un arc est enroulée une fois autour de la pièce. Le menuisier maintient le serre-joint mobile avec son pied droit & actionne l’arc de la main droite, tenant le ciseau dans la main gauche & le stabilisant avec le pied gauche. Ainsi, il peut tourner une pièce de bois avec apparemment autant de précision que sur un vrai tour, à vue d’œil d’environ 1/100 de pouce. Actionner l’arc permet au bois de tourner sur lui-même à une vitesse stupéfiante.

http://roseau.org/images_orwell/20-09-38.jpg

Ici, les murs de terre sont faits de celle extraite de 4 à 6 pieds de profondeur, parce que c’est une terre différente ou qu’il est plus simple de la trouver suffisamment humide pour être maçonnée. Elle a une couleur chocolat particulière &, à la lumière rose caractéristique de cette ville, elle sèche. Après avoir été extraite, elle est mélangée à des gravats & un peu d’eau, puis moulée en sections dans un châssis de bois, comme le ciment, mais lorsqu’elle est dans le châssis elle doit être tassée très fort en la pressant lourdement. Quand une section est suffisamment dure pour se tenir sans support, la suivante est fabriquée & les joints ne se voient pas, la boue prend presque aussi bien que le ciment.

On dit que ces murs de boue tiennent des années malgré les pluies torrentielles.

Les orangers qui poussent le long des rues, par ici, sont d’une variété amère & non comestible. Elle est utilisée comme souche pour y greffer des oranges sucrées.

Des oliviers, ici, ont un certain nombre d’olives rouges bleutées parmi les vertes habituelles, bien qu’elles semblent ordinaires pour tous les autres aspects.

Apparemment, la superstition, toucher un bossu apporte chance, existe aussi chez les Arabes.

Aujourd’hui, chaleur étouffante vers midi, sinon plus frais, mais nous n’avions pas besoin d’un manteau avant 18 h 30. Nous n’avons pas encore eu de jours assez clair pour voir si les montagnes de l’Atlas étaient enneigées ou non.

proposé par Arthur Morneplaine (lire le m@nuscrit).


♦ Image : Tour à bois, dessin d'Eric Blair, journal.



Roseau, mis à jour le 04-04-2009

réagir ?

édité par Christian Domec Licence Creative Commons édité par Christian Domec
*